Ody Saban présente son œuvre "Objet-livre magique PLACENTA tactile"

Espace The Bakery, Atlanta (USA)

 

Du 5 au 19 septembre 2019

 

Ody Saban, artiste-peintre, dans l’esprit de MnemoArt présente à l’Espace The Bakery, 825 Warner Street à Atlanta (USA) son œuvre « Objet-livre magique PLACENTA tactile » dialoguant avec le livre de Tamara Landau « Accoucher et faire naître» et un « jeu des corrections » d’inspiration surréaliste réalisé avec Tamara Landau.

OBJET-LIVRE MAGIQUE « PLACENTA » TACTILE
Ody Saban

J’avais cousu pour Victoire ma petite fille en 2012 ses premiers doudous, hochets en tissus avec à l’intérieur des graines de riz. En 2019, j’avais commencé à créer un objet livre tactile avec ses doudous. J’avais ajouté dans ce même objet en tissus, une poupée, aussi en tissus, représentant une mère avec son bébé sur son dos, de la forêt des Indiens Lacandons de Chiapas, un cadeau de Michaël Löwy. Michaël a l’habitude de nous offrir souvent des objets qu’il ramène de ses multiples voyages. Mon désir était de réunir lentement les doudous de Victoire que j’avais cousu et crées avec plusieurs livres tactiles pour lui offrir comme souvenir de sa petite enfance.
A moment que je créais cet objet livre, j’ai eu l’invitation de mes amis d’U.S. A, Peculiar Mormyrid pour jouer le jeu collectif et exposer à l’exposition collective surréaliste « Polymorph Bodyshop ».

es amis me demandaient de choisir un organe. Alors j’ai choisi sans hésiter, que cet objet serait l’organe « Placenta ». L’objet,
symboliquement, n’était pas que tactile mais de tact, car éphémère ; il allait naître, faire naître et ensuite disparaitre. Un organe magique. Il allait naitre par amour d’un homme et d’une femme pour faire naitre un bébéÉ. Une création d’un organe par amour. « Sors de ton placenta, sors, sinon c’est ta mort » chantonnait dans mes oreilles, phrase de Françoise Dolto que Thomas Mordant et moi avions intégré dans notre texte « Le féminin », au début des années 90.
Lorsque j’étais en train de broder le mot sur l’organe « Placenta » mon amie psychanalyste Tamara Landau m’a offert son livre qui venait juste d’être édité, « Accoucher et faire naître, dialogues et séparations durant la grossesse » éditions Imago.
Cet ouvrage m’a ouvert les yeux et j’ai été passionnée par l’idée qu’il y a une mémoire de l’expérience vécue par l’embryon et le fœtus et, plus généralement, une mémoire de toutes les métamorphoses qui ont lieu durant la grossesse. Et après chaque métamorphose, comme celle de l’embryon qui devient fœtus, un travail de deuil est à faire. Tamara parle beaucoup du placenta dans son livre. Elle pense qu’il y a une transmission intergénérationnelle de cette mémoire du corps inconsciente entre la grand-mère, le fœtus et la mère. Elle nomme ce processus « l’arbre renversé » suite à des dessins de patientes. Selon cette hypothèse, le fœtus transmet la mémoire de la grand-mère à la mère et la mère sa propre mémoire au fœtus par le biais du placenta.

Lire la suite de la présentation au format PDF