Article de Tamara Landau " Rêvasser autour de son bébé est fondamental"

Journal Le figaro

13 mai 2019

Rubrique Santé Psychologie

 

PSYCHANALYSTE et membre fondateur de la Societé de psychanalyse freudienne (Paris), Tamara Landau vient de publier Accoucher et faire naître, dialogues et séparations durant la grossesse (éd. Imago).

Tamara Landau
« Rêvasser autour de son bébé est fondamental »

LE FIGARO. – Vous accompagnez des femmes durant leur grossesse, mais vous admettez qu’aucune préparation ne peut laisser présager de ce que sera l’accouchement…
Tamara LANDAU. – Oui, depuis trente ans j’accompagne des femmes enceintes et j’ai aussi animé des groupes de parole de femmes primipares dans un centre de naissance. J’ai ainsi observé qu’une grossesse « idéale », pendant laquelle la femme a l’impression d’une communication intense avec le fœtus, sans aucune ombre au tableau, aucune anxiété, n’empêchera pas forcément un accouchement complexe ou par césarienne. À l’inverse, une grossesse durant laquelle elle a des cauchemars, des angoisses et sautes d’humeurs peut aboutir à une naissance « de rêve ». C’est ainsi : les processus inconscients et biologiques, même cachés, sont à l’œuvre durant la gestation et tous les professionnels qui accompagnent les femmes enceintes devraient le savoir : ces neuf mois ne peuvent jamais être considérés comme un périple tranquille…

Pourquoi ?
À partir de ce que j’entends dans ma clinique de psychanalyste, je fais l’hypothèse que, durant la grossesse, les mouvements – au sens large – du fœtus réactivent une mémoire maternelle en chaîne : à un niveau inconscient, la femme enceinte semble éprouver à nouveau l’expérience qu’elle a vécue elle-même en tant que fœtus, ainsi que celle de sa propre mère. Cette grande mémoire inconsciente qui revient, transmise par les mères, je l’appelle le processus de « l’arbre renversé », lors duquel on retourne à son origine
au niveau psychique, génétique et biologique. C’est lui qui inscrit l’enfant attendu dans la lignée.

Toute grossesse est donc nécessairement une crise ?
Oui, on peut dire d’ailleurs que toute grossesse, y compris « normale », est l’équivalent d’un tremblement de terre de force 2 sur l’échelle de Richter ! Notamment parce que les processus biologiques en jeu reposent eux-mêmes sur l’enchevêtrement de mécanismes cellulaires contradictoires, tout à la fois de fusion et de rejet. Ajoutez à cela les transformations du corps maternel, incessantes, qui génèrent souvent des oscillations d’humeur que les professionnels sont habitués à entendre s’exprimer.

Mais alors, comment se préparer au mieux à l’accouchement ?
Je conseille aux femmes de suivre avec attention les différences de ressentis lors des phases de la grossesse. Elles vont percevoir par exemple les mouvements de leur bébé, très agités certains soirs, presque imperceptibles à d’autres moments. Ne rien sentir du tout pendant quelques jours peut indiquer un problème de santé du fœtus, ou que la mère a un trouble de la perception d’origine psychologique qui peut être résolu en parlant avec un professionnel. Il est aussi fondamental de pouvoir imaginer, rêvasser autour de son bébé, de son avenir… Et surtout, même si elles ne veulent pas connaître d’avance son sexe, j’encourage les mères à choisir des prénoms et à parler à leur bébé le plus tôt possible, car ainsi elles s’adressent déjà à une personne.

Vous dites que dans la psyché de la mère, s’annonce l’accouchement…
Dans la grossesse, on part d’une symbiose extrême, et plus on va vers la croissance de l’enfant, plus le lien fusionnel se défait. Cela s’exprime notamment par des rêves de la mère. À la fin du deuxième trimestre certaines peuvent faire des cauchemars mettant en scène l’enlèvement du bébé ou l’arrivée d’un tsunami. À la fin du 6e mois, on peut observer aussi un léger baby-blues. Au 7e mois, il arrive que la femme se réveille un matin et, pour quelques instants, ait complètement oublié qu’elle était enceinte. Tous ces signes psychiques annoncent qu’une préparation à l’accouchement est en train de se faire. La femme perd de sa toute-puissance, elle se sépare de son bébé fusionnel et elle est prête à devenir mère.


PROPOS RECUEILLIS PAR P. S.